AlgoMuse Éditeur associatif
4.8
(4)

Séducteur éternel, tu te plais à plonger

Au sein de ton image, sur le bar adossé ;

Tu t’auscultes et te mires aux glaces des vitrines,

Tandis que dans la rue t’admirent les gamines.

Tu sirotes doucement un café serré,

Écharpe sur l’épaule négligemment jetée.

En toute discrétion, tu surveilles la pose,

Et à qui veut l’ouïr, tu distilles ta prose,

Lentement, en douceur, la voix sucrée de miel

Qui dans l’indifférence saura être cruelle.

Tu veux que l’on t’admire et ne peux supporter

De passer, invisible, au cœur de la cité.

Mais tu resteras seul, dans ta tour d’ivoire

Admirant le reflet aimé dans ton miroir.

Hautain, inconsistant, tu n’as pas su garder

Aucune de ces femmes que tu croyais aimer.

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 4.8 / 5. Votants : 4

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?