• 4 semaines 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 32Lectures récentes
10
(1)

Partie 1 : cliquer ici

Partie 2 ; cliquer ici

Les voix du vin sont impénétrables – partie 3

La météo porte une lourde responsabilité dans la suite de l’histoire.
Il y eut tout d’abord ce fameux dimanche dont l’affaire anima les veillées. Bedeau et curé avaient l’habitude de faire le point dans la sacristie avant l’arrivée des fidèles. Le curé donnait ses derniers conseils en revêtant son aube tandis que Jean remplissait les burettes. Une chaleur étouffante sévissait depuis plusieurs jours et séchait le gosiers… Tous deux succombèrent sans compter à la tentation de ce précieux liquide dont la robe veloutée caressait les papilles. Mais il fallait assurer.
Le curé fit une entrée un peu vacillante que certaines paroissiennes indulgentes mirent sur le compte de son age avancé.
Il expédia les textes bibliques en envolées lyriques empruntées aux grandes tragédies classiques, assorties de grands gestes théâtraux. Il lui fallut ensuite rejoindre la chaire, lentement, à petits pas comptés, son bras, bénissant les fidèles, levé en guise de balancier lui permettant de garder un équilibre précaire. Craquement des marches, toussotements dans l’assistance, froissements des feuillets, chuchotements réprobateurs, statues figées dans l’attente.
– Mes très chers frères… et le sermon démarre avec emphase ponctué d’interminables silences. Puis tout se mélange. Les mots s’emmêlent. La voix devient pâteuse, presque inaudible. Le curé quitte la chaire, prend l’allée centrale et disparaît dans la sacristie, sous le regard médusé des fidèles, rejoindre le bedeau béatement assoupi. La communion n’aura pas lieu…
Les hommes, déçus, rejoignirent le café de la place qu’ils avaient un peu négligé le dimanche matin. Ils durent se contenter de ce petit vin de pays servi par la patronne gouailleuse. L’incident alimenta de vives conversations et le ton monta au fil des tournées.
– dis-donc, il est pas passé par les mains divines ton jaja
– elle serait pas un peu baptisée ta bibine ? Oh ! Te fâche pas, je blague… allez, remet-nous ça, la belle, c’est ma tournée !

A suivre

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x