• 3Minutes de lecture env.
  • 48Lectures récentes
10
(2)

Un petit en-cas fut vite expédié car l’organisation de la randonnée ne leur avait pas laissé le temps de cuisiner. La soirée ne devait pas s’éterniser.
Assises en cercle dans la pièce commune, Mireille prit la parole :

– Chantal, ce soir, on va te parler du dahu

– c’est quoi ?, dit Chantal intriguée

petits rires sous cape dans l’assistance …

– le dahu est un animal étrange et solitaire. On ne peut le voir qu’en pleine nuit, au-delà de la forêt, sur les pentes escarpées. Il a deux pattes latérales plus courtes, soit à gauche, soit à droite, ce qui l’oblige à avancer toujours dans le même sens, sans jamais faire volte-face au risque de se fracasser sur les rochers.
Il y a deux ans, on a cru l’apercevoir. Une forme sombre se tenait debout et regardait le ciel. Mais nous avons été déçues quand elle vira lestement sur le sentier. Ce ne pouvait être le dahu.

– il est dangereux ? Demanda Chantal

Cathy prit la parole, avec ses envolées lyrique empruntées aux poètes :
– un randonneur raconte qu’il s’est trouvé, seul, en pleine nuit, face à face avec un dahu, et … c’est là le danger ! car le dahu ne pouvant se sauver, il devient agressif. Grrr ! Grrr !L’homme le vit, menaçant, sans mouvement, les yeux pleins de pourpre et d’éclairs, l’homme et la bête au bord vide. Et là, ma petite Chantal ! voir un instant l’abîme, avant que l’on y sombre !, tu entrevois ta dernière heure arriver … Lui, en a réchappé, mais d’autres ne sont jamais revenus … des imprudents sans doute, mal équipés ou trop bruyants. Ils n’avaient pas dû obéir aux consignes strictes : ne pas l’approcher de trop près, garder le silence à son approche, toujours garder avec soi : une lampe de poche, un couteau, une boussole et un bâton, et, surtout, porter des vêtements sombres et …

nouveaux petits rires étouffés
– Ce n’est pas drôle ! j’ai un peu peur, je n’ai pas envie d’y aller, dit Chantal, la gorge serrée et les yeux mouillés.
Chantal est toute jeune, à peine sortie de l’enfance. On avait envie de la protéger et non l’effrayer ; l’une de celles qui sont écartées lorsque les grandes se chuchotent des histoires de … grandes … Mireille reprit alors la parole :

– ne t’inquiète pas, Cathy exagère toujours. Si tu veux être une vraie montagnarde, il faut avoir chassé le dahu au moins une fois dans ta vie. Tu me connais, tu sais que nous prendrons des précautions pour rentrer toutes entières. Au bar du Villar, des gens du coin nous ont dit que, cette année, les conditions étaient favorables pour l’apercevoir, et peut-être même le prendre en photo !
Tu nous fais un petit concert Nanou ? Et puis on ira se coucher car demain, réveil à 5 heures pour la randonnée.
Léa, n’oublie pas de mettre ton harmonica dans ton sac. Joseph sera content.

Et les notes de guitare rebondirent sur les vieilles pierre.
Puis les filles grimpèrent dans le grenier par l’échelle de meunier, en évitant les deux marches branlantes, pour rêver dans les senteurs de foin.

A quelques pas de là, dans une maison endormie, le sac à dos de Joseph, bien garni par Mémé, attendait près de l’entrée.

texte complet : cliquer ici

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x