AlgoMuse Éditeur associatif
3
(2)

Figé depuis des siècles, ce désert minéral,

Meurt sous l’enfer des dieux en un feu infernal.

L’herbe sèche, vestige du printemps passé,

Brûle sous le soleil et craque sous les pieds.

A peine un crissement de l’insecte effrayé

Fouissant dans le sol pour fuir la chaleur.

Promeneur égaré, en quête d’un bonheur,

Envoûté par ce lieu hostile et inquiétant,

Fuyez ce cauchemar, il en est encor’ temps.

Là-haut, les marnes grise décuplent le malaise

Et soulignent âprement tout ce décor de braise.

Sous un ciel gris acier le rapace tournoie

Lance son cri frayeur et s’abat sur sa proie.

0

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 3 / 5. Votants : 2

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?