• 3Minutes de lecture env.
  • 44Lectures récentes
0
(0)

Bien que reléguée au fond d’un placard depuis quelques années, je me rappelle ma jeunesse furieuse et débridée. Je suis sortie toute pimpante de l’usine où je suis née, dotée d’un ruban rutilant, rouge et noir comme le roman de Stendhal . Equipée de multiples bras, chacun orné d’une élégante bague, qui claquent sur le rouleau, semblables aux sons des escarpins qui se pressent sur le bitume. Mon clavier tout neuf, aux touches nombreuses er brillantes, n’attendait plus que d’être frappé pour donner libre cours enfin, à cette impérieuse envie d’écrire. J’ai été rapidement affectée au bureau de l’état civil de la mairie du 13 ème arrondissement de Paris. Deux jeunes dactylographes, portant respectivement le nom de Solange et Geneviève venaient régulièrement se poster à mon chevet. L’une énergique et un brin nerveuse aux yeux clairs et aux doigts impatients, L’autre plus douce et plus hésitante, avec un regard sombre, un peu triste peut-être. Son toucher était presque caressant, plus subtil devrais-je dire. Que de jours passés avec elles. Parfois je recevais leurs confidences lorsqu’elles étaient désoeuvrées et qu’elles se se décidaient pour tuer le temps, à écrire à leur amoureux, leur père ou leur mère. Rien de bien secret n’était divulgué, elles parlaient du quotidien, de petits évènements qu’elles oublieraient très vite sans doute. Ces petits écarts restaient rares car leur travail consistait à enregistrer les naissances, les mariages et les décès. Elles n’étaient pas censées m’utiliser à des fins personnelles. Ma vie fut riche d’émotions, certains jours ce furent les sanglots étouffés et retenus des déclarants qui me donnaient envie à mon tour de m’épancher… Le rouge et le noir se confondaient et il fallait alors changer mon ruban… D’autres fois, j’avais envie d’honorer de chants d’alégresse la naissance de ce petit garçon ou de cette petite fille…De nombreux prénoms dansaient joyeusement sous mon clavier..Marie, Nathalie, Matthieu, Julie…. et tant d’autres…ma mémoire me fait défaut. J’ai tendance à oublier chacun d’entre eux. Mon grand âge sans doute. Il y avait aussi l’enregistrement des mariages…Madame, Consentez-vous à prendre pour époux, monsieur ici présent et vice-versa…? Quelques années plus tard et de plus en plus souvent ceux qui avaient consentis dénonçaient leurs engagements…Certains dans la joie et dans un sentiment de liberté retrouvée, d’autres dans la solitude et l’amertume. Pendant de nombreuses années, j’ai oeuvré, tapé, écrit avec quelques petits problèmes de santé, une vision qui me jouait des tours, des rouages de plus en plus défectueux nécessitant quelques examens et révisions. Puis l’heure de la retraite a sonné…j’avais fait honorablement mon travail après quelques 40 années… A l’époque on pouvait prendre sa retraite plus jeune…J’ai été remplacée par un tout jeune homme…qui a paraît-il révolutionné le monde! Je ne regrette rien, J’ai eu une belle vie, je suis confortablement installée dans ma maison de retraite..pas de celles qui font la une des journaux télévisés… non une maison où l’on prend soin de moi… C’est une maison de retraite familiale… Elle s’appelle chez GENEVIEVE….

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x